ACM FORMATION

Accés Aux Clés de la Modernité

Tél : 02 38 63 97 17

en partenariat avec l’association DEFI

La République du Centre du 27/11/2021

Les stagiaires et leurs formatrices – Photo La République du Centre

Pour améliorer leur pratique du français, vingt-quatre personnes originaires de différents pays ont écrit, chanté et enregistré deux interprétations musicales.

Les vingt-quatre femmes et hommes ont été volontaires pour participer à cette formation de trois mois, dans le cadre d’un projet du ministère de la Culture.

Sabina Mabuluku, formatrice à ACM formation, explique le thème choisi : « il s’agissait du français en musique, sur des chansons du vingtième siècle, ce qui a permis de travailler la syntaxe, la grammaire tout en perfectionnant son vocabulaire, la stylistique dans un atelier d’écriture et en travaillant aussi la prosodie et la phonétique ».

« Parler des émotions perçues au quotidien »

Les stagiaires de La Source et de Saint-Jean-de-la-Ruelle ont donc créé deux chansons en utilisant des outils différents, « ce qui leur a permis de parler des émotions qu’ils ressentent, le déracinement et l’enracinement, mais aussi de rencontrer la culture française avec des chansons, qu’ils n’ont jamais écouté comme du Bourvil ou du rap. Cette formation a duré quatre-vingts heures, financées par le conseil régional Centre- Val de Loire », précise la formatrice.

Parmi ces stagiaires, Sikanta, venu du Bangladesh, estime que ces trois mois ont été intéressants : « car je ne maîtrise pas encore bien le français pour m’aider dans la vie quotidienne ».

Par contre Layla, d’origine marocaine et en France depuis dix ans, veut être totalement autonome : « j’étais volontaire pour cette formation, car j’ai besoin d’apprendre pour ne plus avoir à demander de traductions à d’autres personnes. J’ai découvert, qu’on utilise le plus-que-parfait dans la vie de tous les jours. J’ai beaucoup travaillé avec mes enfants pour l’écriture ». 

Une dizaine de stagiaires, en formation professionnelle, ont entièrement rénové deux cages d’escalier, situées dans des immeubles gérés par Les résidences de l’Orléanais, rue Henri Troyat, dans le quartier de la Source.

Pascal Siry, directeur général des résidences de l’Orléanais, Abderrahim Ghbabra directeur d’ACM Formation avec les stagiaires et leurs formateurs
Photo ACM Formation

L’organisme ACM Formation et Les résidences de l’Orléanais, Office Public de l’Habitat (OPH) rattaché à Orléans Métropole, ont mené un chantier formation partenarial sur le quartier de La Source.
Objectif : permettre à quinze stagiaires en formation professionnelle de s’insérer et d’accéder au marché de l’emploi, notamment grâce à l’acquisition des premiers gestes du métier de peintre.

« Notre principale préoccupation, c’est la qualité de vie des habitants et l’insertion des jeunes. Nous sommes là pour leur donner un élan sur des projets de formation et d’emploi », rappelle Pascal Siry, directeur général des résidences de l’Orléanais.

Ainsi, deux cages d’escalier, situées aux 10 et 12 rue Henri Troyat, ont été entièrement rénovées. Le chantier s’est déroulé de mars jusqu’à la fin du mois de juin 2021. Les stagiaires ont également pu travailler sur leur projet professionnel en compagnie d’un formateur technique et d’une formatrice en accompagnement et insertion socioprofessionnelle.

Un projet financé par la Région et l’État


Ce chantier formation s’est appuyé sur une étroite collaboration pluri-institutionnelle. Le financement a été pris en charge par la Région Centre-Val-de-Loire et l’État, dans le cadre du Pacte régional d’investissement dans les compétences (PRIC). Ce partenariat gagnant-gagnant entre ACM Formation et Les résidences de l’Orléanais a permis aux stagiaires d’ouvrir leurs perspectives professionnelles. À l’issue de la période de formation, ces derniers ont ainsi confirmé leurs projets respectifs.

« Je remercie ACM Formation et l’ensemble des formateurs. Le sens de ce projet, c’est aussi de redonner goût à la vie et au travail avec la volonté d’un avenir. J’ai vu tous ces jeunes avec le sourire et pour moi, c’est la plus belle réussite qui soit. » Pascal Siry (Directeur général des résidences de l’Orléanais).


En tant qu’outil de reconstruction sociale, le chantier d’insertion répond à un double enjeu :
permettre aux stagiaires d’obtenir une formation qualifiante et de décrocher un emploi
entretenir et rénover les logements gérés par Les résidences de l’Orléanais.


« On a démontré que l’on avait des capacités. Nous n’avons jamais baissé les bras. On a travaillé jusqu’au bout malgré les difficultés que l’on a pu rencontrer. »
Nickson Boulkazi (17 ans, stagiaire sur le chantier d’insertion).

« ACM Formation est un organisme qui travaille avant tout sur l’insertion sociale et professionnelle des publics demandeurs d’emploi. Cela consiste à élaborer un projet professionnel pour chacun d’entre eux. On participe à la transformation sociale pour donner envie aux gens d’apprendre. », se réjouit Abderrahim Ghbabra, directeur d’ACM-Formation.

Je rénove pour vous, je travaille pour moi

L’association ACM Formation a été créée en 1991. Elle compte plus d’une quarantaine de salariés et parvient, chaque année, à accueillir 6.000 à 7.000 stagiaires en recherche d’emploi. Et ce, grâce à un travail mené de concert avec l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), la Mission locale et Pôle emploi.

« Ce stage a été très enrichissant. J’ai appris beaucoup de choses alors que je ne connaissais pas cet environnement professionnel. La peinture, ce n’est pas si facile que ça. C’était très important de rénover ces bâtiments. Je suis satisfait de ce que j’ai fait et je suis fier du groupe. »
Diaby Basekou (27 ans, stagiaire sur le chantier d’insertion).


« Les stagiaires ont validé leur projet professionnel. Certains ont déjà des pistes pour concrétiser leur formation qualifiante. Ils ont rencontré des partenaires. Le plus important pour nous, c’est de déglobaliser le sentiment d’échec et de les placer en situation de réussite », détaille Abderrahim Ghbabra.


Cette philosophie est illustrée par la devise des chantiers d’insertion et de formation professionnelle : « Je rénove pour vous, je travaille pour moi ». Les résidences de l’Orléanais et ACM Formation poursuivront leur partenariat en 2022 avec un prochain chantier à Fleury-les-Aubrais.


Alexis Gaucher

Les stagiaires satisfaits d’avoir obtenu leur diplôme. ©Photo ACM

Une vingtaine de personnes primo arrivantes en France ont obtenu le diplôme d’études en langue française pour prétendre à la carte de résident.

Vingt-trois hommes et femmes venant de toutes les régions du monde, excepté d »Europe, notamment d’Afrique du Nord, des pays de l’Est, d’Asie et d’Amérique du Sud ont participé à une formation de quatre-vingt-dix heures, à raison de douze heures par semaine, financée par le conseil régional et l’État. « Cela sur les thématiques de la vie quotidienne ou professionnelle pour acquérir des compétences dans l’expression orale et écrite », a confirmé Hélène Pertusa, responsable pédagogique à ACM formation.

« Avec les cours, je m’organise facilement au quotidien »
Parmi ces stagiaires, Latifa Dahaddou, originaire du Maroc, a effectué sa formation à mi-temps, à distance : « je souhaite être couturière, mais maintenant, grâce aux cours, je m’organise facilement dans ma vie quotidienne, notamment pour aller à l’hôpital ou faire mes achats ».

Sans titre 11

Les stagiaires ont reçu leur diplôme. © Schneider Jean-Marc
Mardi, 18 stagiaires ont reçu leur diplôme Delf A2 (diplôme d’études de langue française) à ACM formation, sur la place Choiseul.
Selon Ophélie Barbieri-Maftouh, formatrice, la pédagogie communicative a été choisie pour mieux correspondre aux besoins immédiats du public concerné : « Ce sont des adultes primo-arrivants en suite de parcours OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) dans le cadre du contrat d’intégration républicaine, afin d’améliorer leur qualité d’insertion dans la société française tant sur le plan social que professionnel ».
Ainsi, le groupe a travaillé autour du logement, de la famille et des achats.

 

Sans titre 1

Jean-Pierre Delport et Abderrahim Ghbabra ont animé l’assemblée générale. © Schneider Jean-Marc

Les projets se multiplient pour l’association. Cette dernière compte de plus en plus de bénévoles, salariés et interprètes.
Lors de l’assemblée générale, mercredi, à la maison des associations, Jean-Pierre Delport, président d’ACM Formation, a rappelé l’esprit de cette entreprise à statut associatif et d’intérêt économique général.
« ACM Formation a été créée à La Source, mais rayonne maintenant à l’échelle départementale et régionale », a introduit Jean-Pierre Delport. Avec l’opération Aux arts lycéens, financé par la Région, le projet artistique « Les lettres persanes », mené dans le cadre du dispositif d’insertion des nouveaux arrivants, a été primé au niveau national et tous les acteurs ont été reçus à l’Élysée.
Gain d’activité
En 2016, 25 actions ont été encadrées par 30 formateurs. Douze bénévoles sont investis dans la plateforme d’apprentissage et savoirs de base. « Ce dernier dispositif permet au public de développer des compétences sociolinguistiques dans le but de faciliter son autonomie et lutter contre le communautarisme et le repli sur soi », poursuit le président d’ACM Formation.
L’association a pérennisé son action à Châteauroux dans le cadre du nouveau marché linguistique de L’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) et à Montargis. La structure a obtenu l’habilitation CLEA (Certificat de connaissances et de compétences professionnelles). « Notre activité a augmenté de 22 % en 2016. Nous sommes actuellement 40 salariés et nous faisons appel à 56 interprètes », a confirmé Abderrahim Ghbabra, le directeur.
Manque d’espaces
Les responsables d’ACM Formation veulent regrouper leurs activités dans le même espace pour rationaliser la gestion et faire des économies d’échelle. Cela pourrait offrir aux salariés, aux bénévoles et aux stagiaires des espaces de travail suffisants et adaptés. « Les discussions sont bien engagées avec la ville d’Orléans pour envisager notre installation dans l’ex-collège de la Boliére », a confirmé le directeur.