L’activité de l’association se développe depuis 2016

Sans titre 1

Jean-Pierre Delport et Abderrahim Ghbabra ont animé l’assemblée générale. © Schneider Jean-Marc

Les projets se multiplient pour l’association. Cette dernière compte de plus en plus de bénévoles, salariés et interprètes.
Lors de l’assemblée générale, mercredi, à la maison des associations, Jean-Pierre Delport, président d’ACM Formation, a rappelé l’esprit de cette entreprise à statut associatif et d’intérêt économique général.
« ACM Formation a été créée à La Source, mais rayonne maintenant à l’échelle départementale et régionale », a introduit Jean-Pierre Delport. Avec l’opération Aux arts lycéens, financé par la Région, le projet artistique « Les lettres persanes », mené dans le cadre du dispositif d’insertion des nouveaux arrivants, a été primé au niveau national et tous les acteurs ont été reçus à l’Élysée.
Gain d’activité
En 2016, 25 actions ont été encadrées par 30 formateurs. Douze bénévoles sont investis dans la plateforme d’apprentissage et savoirs de base. « Ce dernier dispositif permet au public de développer des compétences sociolinguistiques dans le but de faciliter son autonomie et lutter contre le communautarisme et le repli sur soi », poursuit le président d’ACM Formation.
L’association a pérennisé son action à Châteauroux dans le cadre du nouveau marché linguistique de L’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) et à Montargis. La structure a obtenu l’habilitation CLEA (Certificat de connaissances et de compétences professionnelles). « Notre activité a augmenté de 22 % en 2016. Nous sommes actuellement 40 salariés et nous faisons appel à 56 interprètes », a confirmé Abderrahim Ghbabra, le directeur.
Manque d’espaces
Les responsables d’ACM Formation veulent regrouper leurs activités dans le même espace pour rationaliser la gestion et faire des économies d’échelle. Cela pourrait offrir aux salariés, aux bénévoles et aux stagiaires des espaces de travail suffisants et adaptés. « Les discussions sont bien engagées avec la ville d’Orléans pour envisager notre installation dans l’ex-collège de la Boliére », a confirmé le directeur.

DEPOSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email n’a pas été publiée. Les champs requis sont marqués *